Where’s the F, un an déjà ! (chronique)

Where’s the F existe depuis un an. Personnellement, je n’ai pas vu le temps passé. Tout s’est vite enchaîné : voyages, retours, préparations de projets et hop, nous sommes déjà en janvier. En regardant un an en arrière, Where’s the F reste un side-project qui bouge bien !

Oui, il rame, il patauge, baisse parfois les bras mais se redresse tout aussi vite. C’est un projet qui suit les saisons: l’automne, il perd ses feuilles ; l’hiver, il hiberne ; le printemps, il revit et s’épanouie en été. Nous nous en sortons pas si mal pour un tout jeune site, encore mieux si on estime que la concurrence est grande et que notre catégorie n’est pas vraiment de niche.

Where’s the F est aussi un Bambi faisant ses premiers pas dans la neige. Il est un frileux au pas hésitant, il trébuche et découvre avec goût le chemin qu’il entreprend.

Nous avons nos forces : le F, des contributeurs qui n’hésitent pas à nous faire confiance, une organisation structurée (mais pas infaillible), une grande motivation et une envie de toujours pousser le projet plus loin.

Et aussi, nos faiblesses : il nous manque de la rigueur, du temps (beaucoup), une petite note d’originalité qui nous est propre et nous distingue de la concurrence. Notre  » Where’s the F » n’est passe assez rayonnant, perceptible, communicable et sur ce, inspirant à grande échelle.

Une autre faiblesse, qui m’est peut-être propre, est la lassitude. Nous nous renouvelons au niveau graphique et web-design. Notre contenu varie malgré nos quelques contributeurs réguliers. Mais, c’est là que ça coince, nous n’évoluons pas dans l’ensemble. Je me lasse de mes tâches quotidiennes et routinières.

Ça me dérange de ne pas avancer dans mon travail et je n’ai qu’une envie : faire fonctionner la machine. J’aimerais mais je ne peux pas faire tout à la fois : rédacteur en chef, community manager, (e)marketing manager et attaché de presse. Gérer le contenu et promouvoir le concept sont deux boulots bien distincts et demandent respectivement beaucoup de temps et d’implication.

Il faut donc prendre une décision, réfléchir à nouveau à notre projet, se répartir sérieusement les tâches et s’y tenir. Ne cherchons pas d’excuses. Il est temps de le faire, il ne faut pas réfléchir plus longtemps.

(À suivre …)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s